Blogmas,  RDV

BLOGMAS 2020 – Jour 18 : DISCUSSION ⎢ Lecture et réseaux sociaux

Si j’ai toujours lu, je me rends compte en prenant du recul que mes habitudes de lectrice ont considérablement changé à travers les années et notamment depuis que j’ai découvert le fabuleux monde de Booktube et des blogs littéraires. Je ne suis pas trop de comptes littéraires sur Instagram car j’y passe déjà beaucoup beaucoup trooop de temps pour d’autres sujets, si je commençais à m’intéresser à Bookstagram, le restant de ma vie sociale prendrait un coup fatal.

 

Il y a quelques temps, j’ai réfléchi au pourquoi du comment ma façon d’appréhender les livres et la lecture avait changé et c’est comme ça que m’est venue l’idée de cet article car je pense que je ne suis pas la seule à avoir été impactée par les réseaux sociaux (enfin j’ose espérer, sinon cet article perd un peu tout son sens 😭).

Concrètement, qu’est-ce que les réseaux sociaux ont changé dans ma vie de lectrice ?

Le premier changement qui paraît évident pour moi, c’est ma consommation de livres. Auparavant, j’étais une lectrice plutôt lambda, je lisais mes livres au fur et à mesure, j’en achetais aux détours d’un rayon en allant faire les magasins ou en accompagnant ma mère faire les courses au supermarché, sans jamais trop savoir sur quel titre j’allais craquer, me laissant convaincre par une couverture ou un résumé, juste au feeling (bref, j’étais encore dans l’innocence la plus complète). Je n’avais pas de pile à lire. Enfin, plus exactement, j’en avais bien une car j’ai eu toujours quelques livres d’avance dans ma bibliothèque, mais j’ignorais totalement que cette petite réserve était désignée par la communauté littéraire sous l’appellation de PAL, la fameuse ! Et bizarrement, à partir du moment où j’ai appris l’existence de cette petite merveille (merveille, tout est relatif quand même, on est vite submergé par le concept 🙄), bah… J’ai eu envie de la remplir ! #booknerdproblems

Et pour la remplir, c’était pas bien compliqué. Les réseaux sociaux ont été là pour me proposer une panoplie de titres pour remplir mes bibliothèques (qui n’avaient pas forcément besoin de ça, honnêtement) et franchement, lorsque j’ai commencé à regarder des vidéos booktube, j’ai commencé à accumuler des livres et des livres. Tout me faisait envie, j’achetais vraiment beaucoup de livres par rapport à avant. J’ai été prise dans un engrenage où je consommais pour consommer, parfois simplement parce qu’une booktubeuse que j’appréciais avait montré un livre dans sa vidéo, sans vraiment réfléchir à la question de savoir s’il pouvait me plaire ou non. Cela m’a valu quelques déconvenues, forcément, avec quelques déceptions. Néanmoins, le plus problématique a été que j’ai vraiment consommé à l’excès. Depuis, j’ai pris énormément de recul et j’achète beaucoup, beaucooooup moins de livres qu’avant.


J’ai une PAL qui tourne autour de la soixantaine de livres et franchement, c’est déjà à mon goût beaucoup trop. Bien sûr, c’est plaisant car j’ai toujours un vaste choix lorsque je veux entamer une nouvelle lecture néanmoins le côté vicieux de la pile à lire n’est jamais loin, dans le sens où malgré ces nombreux livres à disposition, je suis quelques fois insatisfaite, avec l’envie de lire encore d’autres livres qui ne sont pas en ma possession. Le problème de cette accumulation, c’est aussi que les livres qui m’ont fait envie à un instant T et sont entrés dans ma bibliothèque, ne me font pas toujours encore envie au moment où j’ai le temps de les lire. C’est comme ça que je me retrouve avec des reliques, des livres qui sont dans ma bibliothèque depuis des années. Et franchement, c’est dommage d’avoir ces livres qui n’attendent que d’être lus, depuis tant de temps ! Ils sont là, ils me regardent, et en tant qu’éternelle insatisfaite, je les rejette régulièrement, je plaide coupable, c’est totalement injuste.


Bon, tout n’est pas perdu car dans la mesure où je me suis fortement calmée sur mes achats, j’arrive de plus en plus à vider ma PAL des livres qui y sont depuis très longtemps, et souvent, ce sont de très bonnes surprises ! Et puis, en vérité, je ne me mets pas tant de pression que cela car l’achat d’un livre est aussi source de bonheur et franchement, parfois, ça fait juste du bien de tenir un nouveau livre entre ses mains. N’est-ce pas ?

Mon rythme de lecture a également beaucoup changé. Je pense que je n’ai jamais autant lu que depuis que je suis sur les réseaux littéraires. Forcément et heureusement, qui dit PAL qui se remplit, dit livres à lire, dit lecture, lecture, lecture. Après, honnêtement, à certains moments, je me suis un peu perdue dans cette histoire, passant plus de temps à parcourir les blogs littéraires et les chaînes Booktube qu’à vraiment lire, ce qui est quand même un comble quand ma principale volonté était de découvrir toujours plus de livre (après, c’est pas de ma faute si les influenceuses et influenceurs font bien leur job, je ne suis qu’une faible personne face à la tentation de bingwatcher les vidéos youtube comme une série Netflix). Bon, toujours est-il que la tentation des réseaux a grandement contribué à me faire consommer plus mais par conséquent aussi, à lire beaucoup plus. Lorsque je regarde un suivi lecture ou un unboxing, ça me redonne toujours un regain de motivation et d’énergie pour lire, surtout dans les moments où je ne suis pas trop d’humeur à ouvrir un bouquin.

Ce qui a changé, c’est aussi le suivi de mes lectures. Je suis incapable de dire exactement combien de livres j’ai lu jusqu’à présent, pour la simple et bonne raison que pendant les 15 premières années de ma vie, je n’ai jamais mais alors jamais pensé à répertorier mes lectures. Prendre un livre, l’ouvrir, le lire, le fermer : voilà ce à quoi se résumaient mes habitudes de lectrice. En parler un peu autour de moi lorsque c’était un livre que j’avais particulièrement apprécié. C’était aussi simple que ça.

 

Seulement, avec les réseaux sociaux, ce serait mentir que de dire que les chiffres n’ont pas une grande importance. Les chiffres sont partout : nombre de livres dans la pile à lire, nombre de livres du goodreads challenge de l’année, nombre de livres finalement lus dans l’année, nombre de pages lues en un laps de temps record… Bref, on répertorie et on compte tout. Et je n’y ai pas échappé. En m’inscrivant sur Livraddict notamment, j’ai pris l’habitude de répertorier toutes mes lectures, de les noter, de les classer. Tout ce que je ne faisais pas avant et qui est maintenant ancré dans mon quotidien. Je tiens d’ailleurs un carnet où j’aime lister l’ensemble de mes livres à lire et lus, et cela me motive à lire plus, ce qui rejoint le point précédent concernant mon rythme de lecture.

Ce dernier point m’amène à vous parler du côté assez pervers des réseaux sociaux qui se cache derrière tout ce que je viens d’écrire : la pression.

Alors, en quoi les réseaux sociaux peuvent être une source de pression sur le lecteur ?

J’ai commencé à en parler un petit peu plus haut mais les réseaux sociaux sont souvent concentrés autour des chiffres. En dehors du nombre de likes et du nombre de followers, la communauté littéraire ne fait pas exception. Je ne compte plus le nombre de challenges qui existent autour de la lecture et dont les niveaux de réussite consistent souvent à lire un certain nombre de livres. On compte les livres lus dans le cadre de ces challenges, on compte le nombre de page lues pendant un week-end, pendant un mois, pendant une année, on compte tout, on affiche toutes nos lectures au fur et à mesure et parfois, la tentation de se comparer au lecteur d’à côté n’est pas bien loin.

Pourquoi elle ou lui arrive à lire 50 livres par mois lorsque je prends une année pour en lire autant ? Comment faire pour lire plus de 100 livres par an ? Est-ce que je suis légitime à partager ma passion sur les réseaux si je ne lis pas autant que telle ou telle personne ? Bref, vous voyez ce que je veux dire. Pour ma part, je n’en suis pas au point de ne pas me sentir légitime car je pars du principe que chacun est libre de partager autour de ce qui lui fait plaisir, peu importe comment il le fait. Néanmoins, je sais que cette pression existe. Je la vois, dans les vidéos qui répondent à la question « mais comment fais-tu pour lire autant de livres ? » (je n’ai bien sûr rien contre les personnes qui font ce type de vidéos, je suis la première à les regarder), je la vois aussi à travers les personnes qui se mettent la pression pour réussir leurs challenges, pour toujours lire plus, quitte à en oublier le plaisir de la lecture, qui selon moi, devrait primer, à partir du moment où ce n’est qu’une passion. 

 

Est-ce qu’il faut vraiment faire la course au nombre de livres lus par mois ou par an ? Même si la tentation est grande de se comparer et de se challenger, nous sommes tous différents. En tant que lecteur et en tant qu’être humain, tout simplement. Nous avons des modes de vie différents, un travail ou des études à poursuivre, des proches avec qui passer du temps, des envies différentes, d’autres loisirs plus ou moins chronophages, ce qui nous laisse le temps de lire plus ou moins de livres. Chaque lecteur est différent, c’est aussi ce qui fait l’intérêt de la communauté littéraire. A partir de là, nul besoin de se mettre une quelconque pression : l’essentiel est de prendre plaisir à lire. Même si tu lis un livre par mois, franchement, si t’as passé un super moment en le lisant, n’est-ce pas tout ce qui doit compter ? Bon dis comme ça, ça fait un peu culcul la praline mais vous voyez l’esprit.

D’ailleurs, cette pression n’existe pas qu’à travers les chiffres. On pourrait aussi parler des services presse et partenariats avec les maisons d’édition qui, pour le coup, sont souvent source de beaucoup de pression pour certaines personnes et aussi de discorde ou de concurrence. Je n’aborderai pas plus ce sujet parce que ce n’est pas là où j’ai envie d’aller avec cet article mais franchement, est-ce qu’il faut vraiment se prendre la tête à ce sujet ? Est-ce qu’il n’y a pas des sujets plus graves que celui de savoir pourquoi telle personne reçoit des livres et pas moi ? De se mettre en quatre pour lire un livre et rendre une chronique « à temps » ? Faites ce que vous pouvez, appréciez ce que vous avez, et si vous n’êtes pas en mesure de lire un livre en un mois, bah, ce n’est pas grave. Vous n’êtes redevable envers personne à part vous-même (et c’est déjà du boulot). La lecture doit rester une passion, à ce stade. Ne vous imposez pas de contraintes, on en subit assez comme ça. Prenez plaisir dans ce que vous faites, c’est le plus important.

 

Parfois, j’oublie le plaisir de lire, j’oublie que cela m’apporte du bien-être, que lire me divertit et me permet de m’évader et d’oublier la réalité durant quelques instants. Parfois, lorsque je lis un livre, je pense au fait que cela va me permettre de me rapprocher de mon objectif de l’année et peut-être ainsi de remplir mon goodreads challenge. Je pense aussi à la chronique que je vais devoir rédiger pour mon blog. Je pense à différente choses qui, à certains moments, peuvent venir parasiter mon moment de lecture et transformer complètement mon expérience. Et je ne devrais pas. Alors, j’écris cet article, aussi pour me rappeler que les réseaux sociaux sont ce qu’ils sont, qu’il y a du bon et du moment, mais que le principal est de ne pas perdre de vue ce qui me rend vraiment heureuse : lire un bon livre, et ne penser qu’à cela.

Je n’ai pas abordé précisément la question du blog dans cet article car j’aimerais en faire un article à part et il y a beaucoup à dire car mon blog a aussi beaucoup changé mes habitudes de lecture. Néanmoins, en guise de conclusion, j’aimerais revenir sur le fait que les réseaux sociaux ont quand même eu un impact très positif sur ma vie de lectrice, ils m’ont permis de découvrir plein de supers livres et auteur(e)s, et surtout, surtout, de partager l’une de mes plus grandes passions avec des personnes qui me comprennent.

J’aimerais beaucoup avoir votre point de vue sur tout ça parce que c’est vraiment un sujet qui me questionne. 

Est-ce que les réseaux sociaux ont changé votre rapport à la lecture ?
Est-ce qu’il vous arrive ou vous est arrivé de ressentir une certaine pression par rapport à vos lectures ? 

Dites-moi tout, je suis super curieuse !

15 Comments

  • Light And Smell

    Très intéressant ton ressenti 🙂
    Pour ma part, je n’ai jamais ressenti de pression sur le nombre de livres lus, chaque situation étant différente. Et puis, la lecture reste pour moi un plaisir 🙂

    • abookcatcher

      Merci, j’avais envie de faire un article qui change de d’habitude ! 😊 Je suis bien d’accord avec toi, la lecture reste un plaisir pour moi aussi, même si j’avoue que je suis un peu frustrée lorsque je ne réussis pas à lire tant de livres dans l’année (c’est la seule pression que je ressens vraiment, ce qui est totalement bête car avant je ne comptais pas mes lectures et je prenais autant de plaisir à lire!) J’avoue que cette année, ça me passe par contre totalement au-dessus, il y a bien plus grave ! 😂

  • Callysse

    Bien sûr que cela a changé mes habitudes de lectrice! Ma PAL a explosé (mais le fait que j’ai commencé à travailler à joué aussi dedans), mon rythme de lecture a augmenté et la lecture est devenue une véritable passion! Il y a des bons côtés avec les réseaux sociaux. Ils me permettent de discuter et rencontrer des personnes qui ont la même passion que moi, de découvrir et adorer des romans que je n’aurais jamais lu sans la blogosphère ou ma participation à un prix SFFF mais aussi de partager mes avis. Par contre, il y a aussi des mauvais. La pression, on l’a tous ressenti à un moment ou un autre. J’aime tellement partager mes avis que je me la suis mise toute seule car je n’ai pas assez de temps perso pour les écrire. Du coup, au lieu de choisir mes lectures par envie je les choisissais par intérêt car je sentais que je n’aurais pas envie de les chroniquer, tout ça pour pouvoir rattraper mon “retard” de publication d’articles. Je suis en train de revoir tout ça actuellement, j’essaye d’être plus concise (pas gagné) et j’ai arrêté la plupart des articles “à côté” (TAG, TTL, etc.). J’en ferais peut-être ponctuellement mais plus de manière régulière. Car j’aime mon blog et j’aimerais continuer à publier dessus de temps en temps. Il suffit que je trouve mon équilibre. 2021 sera donc décisif 🙂 J’ai découvert Bookstagram aussi mais après quelques mois d’utilisation je me suis rendue compte que cela ne me convenait pas. Trop de pub, de superficialité et toujours les mêmes comptes sur le fil d’actualité. J’y vais beaucoup moins à présent. Très bon article en tout cas!

    • abookcatcher

      Je te remercie pour ton commentaire, c’est hyper intéressant d’avoir ton point de vue ! 😊 Je suis totalement d’accord avec toi sur les bons côtés des réseaux sociaux dans lesquels je me retrouve totalement, le fait de pouvoir échanger librement avec des personnes qui partagent la même passion, c’est quand même super ! Et puis, j’aime le côté un peu plus “authentique” des blogs, même si je ne suis pas du tout familière du milieu bookstagram, je suis suffisamment addict à Instagram pour me rendre compte que la priorité n’est pas forcément mise sur l’authenticité et qu’il y a beaucoup de blingbling, de dramas pour rien etc. C’est vraiment pas mon délire ! Après il y a du bon comme du mauvais partout, c’est certain et je ne fais aucune généralité !
      Je me retrouve bien dans la pression que tu décris parce que je l’ai ressentie à de nombreuses reprises, me mettant la pression quand je n’arrivais pas à chroniquer un livre, quitte à rester bloquer des heures devant ma page word en croyant (naïvement) que l’inspiration allait venir. En fait, j’ai juste compris avec le temps que faire des critiques de livres n’est pas mon métier et que parfois, je lis juste un livre en voulant passer un bon moment ou découvrir un nouvel univers, sans chercher plus loin et sans forcément avoir envie d’écrire dessus ensuite. Je ne chronique plus tous les livres que je lis dans l’année et ce n’est pas grave. Comme je veux continuer à publier sur le blog par contre, je fais un peu l’inverse de toi en diversifiant un peu mes articles ^^

      • Callysse

        Oui tu as raison mais pour avoir utilisé les deux je trouve la normal plus authentique qu’instragam où l’esthetique prevaut sur l’avis. On regarde les photos mais on ne lit presque pas le texte.
        Se diversier c’est cool mais je n’ai déjà pas bcp de temps pour ecrire mes chroniques avec mes 2 enfants alors d’autres articles c’est compliqué^^

  • Callysse

    J’ai oublié de mentionner quelque chose que la blogosphère a modifié : ma façon de lire. Avant je ne lisais qu’un seul livre à la fois et j’avais tendance à attendre que tous les tomes d’une saga soient publiés avant de me lancer dedans pour pouvoir tout lire d’une traite. Aujourd’hui, j’arrive à lire plusieurs livres en même temps (même si cela reste occasionnel) et il m’arrive de me jeter sur les premiers tomes dès leur sortie. Mais je me retiens un peu parfois quand même, surtout pour les livres traduits car il arrive que la suite ne soit jamais publiée et y a rien de pire pour un lecteur qui ne lit pas en anglais… Alors je me méfie des ME!

    • abookcatcher

      Alors moi, je suis bien incapable de lire plusieurs livres en même temps ! J’ai déjà essayé mais ça ne me convient pas, j’ai l’impression de ne pas être totalement immergée dans mes lectures ^^ Par contre je te rejoins par rapport aux sagas, avant j’avais aussi tendance à attendre que les tomes soient sorties pour les lire d’une traite, j’ai lu plein de sagas comme ça, et au moins je les ai terminées. Alors que maintenant, comme toi, j’achète facilement les premiers tomes, le temps passe… Et je ne finis jamais mes sagas ! (Outre celles qui ne sont jamais publiées en entier par les ME et ça c’est vraiment pénible, c’est sûr!)

      • Callysse

        Je n’aime pas trop c’est pour ça que je le fais occasionnellement. Pour les sagas je reviens progressivement à mon ancien mode de fonctionnement. J’attends que tous les tomes soient sortis sauf pour les sagas d’auteurs français ou très reconnus. Pour moi c’est un manque de respect pour les lecteurs de ne pas publier la suite et fin d’une saga

        • abookcatcher

          J’essaie d’acheter un peu moins de sagas qu’auparavant (même si souvent ce sont les livres qui m’attirent le plus…) ou alors j’essaie au maximum de terminer celles que j’ai en cours et qui sont publiées en entier pour investir dans une autre (ça ne marche pas des masses pour l’instant j’avoue 😂)
          Totalement d’accord, c’est vraiment un manque de respect, mais bon, les maisons d’édition ont d’autres priorités que de satisfaire le lecteur, ou du moins, cela passe bien après les questions de business et d’argent ^^

          • Callysse

            Je compatie, ça ne marche pas vraiment chez moi non plus 😂 ça c’est clair, l’argent est l’unique élément pris en compte…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :