SF

Chronique : Dôme, Tome 1 – Stephen King

Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort. A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville…

Dôme est le troisième roman de l’auteur que je lis. Je connaissais déjà un peu l’histoire puisque j’avais regardé quelques épisodes de la série tirée du roman lorsque celle-ci avait été diffusée à la télévision. Bien que n’ayant jamais pris le temps de continuer la série, ce que j’en savais m’a donné très envie de découvrir l’oeuvre qui en est à l’origine, d’autant plus que je n’ai jamais été déçue par l’auteur dont j’apprends à découvrir le style si remarquable au fil de mes lectures. 

Dôme a été une bonne lecture. J’ai passé un bon moment et j’ai aimé retrouvé la patte du King mais il m’a manqué quelques petites choses pour que ce moment se transforme en une lecture marquante ou inoubliable. 

Contrairement aux précédents livres que j’ai lu de King, j’ai été agréablement surprise par la longueur des chapitres. L’auteur m’avait habituée à de longs (voire très, très longs) chapitres, or, ici, les chapitres sont relativement courts, ce qui donne une certaine dynamique à la lecture. De même, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup moins de passages dédiés à la description par rapport aux autres romans que j’ai lus de lui, ce qui a eu pour effet d’alléger un peu ma lecture. 

Toutefois, et c’est le gros point noir de cette lecture, celle-ci s’est révélée quand même assez longue, avec une impression de ne pas réellement avancer, bien que ce que je lisais m’intéressait et m’embarquait. C’est une sensation un peu étrange et paradoxale mais j’ai aimé ce livre tout en détestant l’impression qu’il m’a laissée d’avoir vraiment du mal à le lire avec le même rythme que d’habitude. 

«  Si vous ne pouvez pas rire quand les choses vont mal – rire et faire un peu le clown -, c’est que vous êtes mort ou souhaiteriez l’être. »

J’ai bien évidemment retrouvé avec plaisir la plume de Stephen King et surtout l’ambiance si particulière qu’il sait mettre dans ses histoires. Ici, moins de scènes « gores » (ou du moins, j’ai lu pire venant de lui), mais toujours une ambiance tendue, un peu malsaine, un peu dérangeante. C’est ce que j’aime dans les romans de l’auteur et je n’ai pas du tout été déçue sur ce point. Le style de King, c’est aussi des scènes crues, des scènes violentes et là encore, ce roman n’y échappe pas avec quelques passages vraiment poignants et très intenses. 

Sur l’histoire en elle-même, j’ai d’abord pris peur en début de lecture en me rendant compte qu’il y avait vraiment beaucoup de personnages. Au final, chacun contribue à l’histoire à sa façon ce qui fait qu’on finit par assimiler qui est qui sans trop de difficultés. Encore une fois, King nous dépeint les portraits d’hommes et femmes sans hésiter à nous montrer leurs pires travers. Les personnages décrits par l’auteur sont tous différents, ce sont des hommes et des femmes auxquels on pourrait tous identifier quelqu’un que l’on connaît. Ce ne sont pas de grands héros ou des personnes parfaites, ce sont au contraire ces femmes et ces hommes du quotidien, avec leurs malheurs, leurs émotions, leurs ambitions, leurs secrets les plus profonds et inavouables. S’il y a bien quelque chose que réussit toujours à faire l’auteur à mon sens, c’est créer des personnes complexes, avec une personnalité propre et reconnaissable. Qu’on les aime ou qu’on les haïsse, King arrive à nous faire porter de l’intérêt à chacun d’eux.

Aussi, s’il y a un aspect de l’histoire qui m’a vraiment plu et m’a permis d’accrocher, c’est le côté « politique » de la crise que connaît cette petite ville, avec ces hommes prêts à tout pour prendre le contrôle de la population, prêts à tout pour rallier la cause à leur petite personne, pour servir leur profit au détriment du reste du monde, quitte à faire tomber des têtes. Les personnes malintentionnées se révèlent face au blocage de la situation et les pires instincts humains se réveillent. On oublie vite le côté surnaturel de l’histoire pour se rendre compte avec effroi que ce qui se passe à l’intérieur du Dôme pourrait très bien arriver en réalité. Il faut bien peu de temps en cas de crise pour que les débordements arrivent… 

Bien sûr, l’histoire autour du Dôme y est aussi pour beaucoup dans le fait que j’ai passé un bon moment de lecture. Il y a beaucoup de mystère.  On ne peut que se demander d’où vient ce Dôme, ce qu’il est réellement, est-ce l’oeuvre d’une personne en particulier, est-ce un complot, une expérience du gouvernement, un phénomène qui dépendrait d’une source extraterrestre ou supérieure ? Tant de questions qui restent sans réponse, et qui le restent jusqu’à la fin de ce tome 1. 

« Le pire n’est pas arrivé. Le pire, c’est qu’on n’a pas encore vu le pire. »

J’aime le mystère, mais j’aime aussi quand celui-ci se résout au fil de la lecture, et malheureusement je pense que c’est ce qui m’a manqué dans ce roman. Il y a pas mal de lenteurs propres au style de l’auteur qui ne me gênent généralement pas, et qui ne m’ont pas gênée plus que ça là encore, mais j’ai été frustrée de ne pas en apprendre plus sur ce qui arrive aux habitants de Chester Mill. Alors oui, il y a de l’action mais lorsque j’ai terminé le livre, j’ai eu un goût d’inachevé. J’avais l’impression qu’on avait voulu en apprendre plus tout au long du roman et que finalement, arrivée à la fin, je n’en savais pas plus qu’au début. 

Evidemment, je sais que c’est un premier tome, mais c’est une duologie et j’aurais aimé qu’on avance un peu plus. Au final, cette impression de ne pas vraiment avancer, de tourner un peu autour du pot, alors même que le récit était parsemé de quelques moments d’action plutôt prenants, a été omniprésente durant ma lecture. 

Malgré ces défauts, je dois dire que j’ai quand même été embarquée dans le récit et que j’ai évidemment envie de connaître la suite, en espérant que le tome 2 sera meilleur et répondra à mes attentes en termes d’interrogations sur l’origine du Dôme. Si vous aimez déjà la plume de Stephen King, ou si vous avez envie de la découvrir, lancez-vous ! Il y a du très bon dans ce roman. 

 

Achetez ce livre : ici



Avez-vous lu ce livre ? Connaissez-vous les romans de Stephen King ?
Dites-moi tout en commentaire ! 


Si vous voulez suivre toute l’actualité de Stephen King ou juste en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site de Stephen King France qui est très bien fourni !

8 Comments

  • Chutjelis

    Je n’ai pas lu le roman (enfin je l’avais commencé) mais j’ai adoré la série ! est-ce que tu l’as vu ? Elle est vraiment bien faite, par contre je ne sais pas si elle est vraiment fidèle aux livres 🙂

    • abookcatcher

      J’avais regardé les premiers épisodes mais j’avais arrêté en cours (il me semble que la série n’avait pas été totalement diffusée à la télé). Je m’en souviens vaguement, en tout cas j’avais bien aimé, je pense la revoir une fois que j’aurai lu le tome 2 histoire de comparer un peu avec le livre ! 🙂

  • Océane - Entournantlespages

    Le décor se met doucement en place et c’est vrai qu’on peut ressentir une certaine lenteur au fil du roman. Personnellement, j’adore quand Stephen King prend son temps pour développer ses personnages et les lieux, de créer des liens entre eux,etc… Le second tome m’a paru quand même un peu trop long mais j’adorerai les relire.
    Si tu te décides à reprendre la série, tu verras qu’elle s’éloigne rapidement de l’histoire originale. Je n’avais pas trop accroché avec cette adaptation, je m’étais vite arrêtée.

    • abookcatcher

      Stephen King est bien connu pour ça, il prend clairement son temps! Au final, ça ne me dérange pas tant que ça parce que ça me permet d’être totalement immergée dans l’histoire. Après, j’aime bien quand ça bouge un peu plus quand même ! Je ne lirai pas le tome 2 tout de suite, je pense me le réserver pour l’été.
      On m’a effectivement dit que la série était éloignée du roman, je verrai si je reprends ou non, j’ai déjà beaucoup (beaucoup trop) de séries en cours !

  • Callysse

    Pour répondre à un commentaire un peu plus haut, non la série n’est pas fidèle aux romans 😉 Déjà elle est plus édulcorée, elle a supprimé ou ajouté des persos et surtout elle a fait sa propre mythologie et est beaucoup moins crédible.
    Dans les romans, j’avais trouvé que l’origine du Dôme était finalement peu importante, contrairement à la réaction des personnages. L’arrivée du Dôme va les pousser à bout et dévoiler leurs plus horribles facettes et c’est bien ça l’objet du roman pour moi. J’avais bien aimé cette duologie même si comme toi je l’ai trouvé relativement lente au finale.

    • abookcatcher

      C’est ce que j’ai cru comprendre oui ! Je me souviens qu’à l’époque, les avis étaient très très mitigés sur l’adaptation.
      Tu as raison, c’est vrai que le coeur du roman tient vraiment au comportement adoptés par les habitants après la survenance du Dôme et c’est ce que j’ai aimé dans ce premier tome, même si ma curiosité est titillée et j’aurais vraiment aimé en savoir un peu plus sur le Dôme. J’aurais voulu retrouver un peu plus de science-fiction ! Mais dans l’ensemble, j’ai été conquise par ce premier tome, et je lirai sans aucun doute la suite !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :