Dystopie,  Young adult

Chronique : Grace and Fury – Tracy Banghart

«  À Viridia, les femmes n’ont pas le droit de lire. Pas non plus le droit de choisir leur mari, leur métier, leur avenir. Ni d’avoir des idées.  »
  
Depuis toujours, Serina a été formée pour devenir une Grâce et satisfaire le prince héritier, s’il la choisit. Sa sœur Nomi, elle, a été entraînée pour servir Serina et l’aider à séduire le prince.

Quand le jour de la sélection des Grâces arrive enfin, rien ne se passe comme prévu. Nomi est retenue à la place de sa sœur, et Serina envoyée en prison pour un crime qu’elle n’a pas commis.

Aucune n’est prête à accepter ce destin qu’on leur impose.
Pour survivre, les deux sœurs vont devoir s’adapter.
Pour se retrouver, elles prendront tous les risques.

La révolte ne fait que commencer…

Je remercie les éditions Hachette pour la découverte de ce titre via la plateforme Netgalley.

C’est la couverture de ce roman qui m’a d’abord attirée et que je trouve très réussie. En lisant le résumé, cela n’a fait que confirmer mon envie de découvrir ce livre, moi qui suis une grande adepte de dystopies, bien que j’en lise un peu moins car je trouve qu’on a tendance à retrouver les mêmes schémas dans ce type de romans. 

Même si là encore on peut retrouver quelques similitudes avec d’autres dystopies dans la trame de l’histoire, j’ai aimé le fait que l’on trouve un brin d’originalité dans l’intrigue qui met à l’honneur les femmes et qui questionne sur leur place dans la société, et notamment dans la société décrite par l’auteure qui est une société dans laquelle la place de la femme est quasi inexistante. Femme objet, femme esclave, femme trophée, la femme n’a pas son mot à dire et n’est absolument pas prise en considération dans cette société qui n’accepte de donner aucun pouvoir à un sexe qui est considéré comme absolument inférieur. 

J’ai aimé ce thème qui fait écho à l’actualité et j’ai aimé le fait que les deux héroïnes de ce livre (mais aussi toutes les femmes qui les entourent) sont des femmes fortes, des femmes qui se battent pour ce qu’elles sont, ou qui vont apprendre à le faire et à découvrir qu’elles ne sont en réalité pas moins légitimes que les hommes. L’auteure fait honneur aux femmes en nous décrivant des héroïnes vraiment « badass », qui décident de ne pas se laisser faire et de combattre l’omniprésence du pouvoir masculin. 

« Ce n’est pas un choix quand on n’a pas la possibilité de dire non. Un oui n’a pas la même valeur quand c’est la seule réponse à laquelle on est autorisé ! »

J’ai aimé le côté rebelle et déterminé de Nomi qui va se retrouver à la place de sa sœur Serina au palais, en tant que Grâce du prince héritier, alors même que c’était sa sœur qui était depuis toujours destinée à tenir ce rôle. Les deux sœurs vont se retrouver séparées et l’histoire va donc alterner les points de vue entre les deux, et on va donc suivre leurs aventures chacune de leur côté.

« – Tous tes rêves sont hors de notre atteinte, l’interrompit Serina, lassée de l’aigreur de sa soeur. Tu ne pourras jamais choisir ton métier ou ton mari, ni… ni rien d’autre. Ca ne marche pas ainsi.

Ce n’était quand même pas la faute de Serina si Viridia n’accordait que très peu de libertés aux femmes. Elle avait appris il y avait bien longtemps que s’y opposer ne servait à rien. Elle préférait donc tirer le meilleur parti de ce qu’elle avait. Et elle avait une chance de devenir l’une des femmes les plus vénérées de tout le pays. Si l’Héritier la choisissait, elle pourrait, qui sait, donner le jour au futur Supérieur.

– Rien ne devrait être hors de notre atteinte, voilà ce que je pense, dit Nomi. »

Si Serina m’a un peu agacée en début de roman, elle va subir une importante évolution qui est agréable à suivre, et la jeune fille si docile va finalement apprendre à se connaître, à s’émanciper des règles qu’elle entend depuis qu’elle est petite et auxquelles elle a toujours obéi sans ciller. Nomi, elle, est une jeune femme comme je les aime, qui a des convictions et qui est prête à se battre pour celles-ci. Malheureusement, du côté de son histoire, on tombe assez vite dans le cliché du roman dystopique, notamment au niveau de la romance et je dois dire que le dénouement n’avait vraiment rien d’étonnant pour moi et ne m’a donc procuré aucune surprise. Toutefois, j’ai quand même aimé suivre l’évolution de la jeune fille au sein du Palais et voir comment elle se battait pour rejoindre sa sœur.

Je dois dire que les deux sœurs ne sont pas les seules à avoir suscité mon intérêt car j’ai vraiment aimé les personnages secondaires, que l’on découvre notamment lors des points de vue de Serina. On a affaire à différentes femmes aux différentes personnalités, qui vont s’unir pour leur cause. De même, certaines personnalités masculines m’ont intriguée et j’ai bien envie d’en savoir plus sur eux.

Même si cette histoire suit un schéma plutôt classique et ne crée pas de grandes surprises, le rythme de lecture n’en reste pas moins haletant et soutenu, si bien que la fin arrive bien plus vite que prévu, et ce notamment grâce à l’alternance de points de vue. J’aurais aimé que ce roman dure encore un peu, et je dois dire que j’ai quand même hâte d’avoir un tome 2 à me mettre sous la dent ! C’est une dystopie qui manque d’originalité dans son déroulé mais dont l’intrigue n’en reste pas moins très intéressante, si bien que je conseille cette lecture à tous les adeptes de dystopie et de YA en général, parce que ça vaut quand même le détour, et sans être un coup de coeur, vous risquez fort de passer un bon moment de lecture !

Ce livre vous fait-il envie ? Vous l’avez lu ? Dites-moi tout ! 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :