Romance

Chronique : Hades Hangmen, Tome 1 : Hors-la-loi – Tillie Cole

Qui eût cru que l’interdit pouvait être si délicieux ?

Élevé dans un monde dominé par les Harley, les drogues et le sexe, River Styx Nash est à la tête des Hades Hangmen. Alors qu’il souffre d’un terrible défaut d’élocution, il apprend vite à répondre à ceux qui s’opposent à lui : ses poings puissants, sa mâchoire d’acier et son adresse lui ont attiré une solide réputation d’homme dangereux. Un seul principe dicte ses actes : ne jamais s’attacher à qui que ce soit. Jusqu’au jour où il retrouve Salomé, rencontrée des années auparavant dans des conditions mystérieuses, blessée derrière les poubelles du QG. La jeune femme a fui la communauté sectaire dans laquelle elle a grandi et se retrouve démunie face à une vie qui lui est inconnue. Styx lui offre alors ses bras protecteurs mais il a bien conscience qu’elle n’a pas sa place dans son univers…

Une rencontre fortuite, deux destins qui n’auraient jamais dû se croiser…

Tillie Cole est une auteure dont j’ai beaucoup entendu parler, les amateurs de romance ne tarissant pas d’éloges à son propos. Pour ma part, je n’avais encore jamais lu aucun de ses romans mais j’avais cru comprendre que la saga des Hades plaisait beaucoup. C’était donc avec une grande envie de découvrir cette auteure que je me suis plongée dans le premier tome de cette saga que je savais plutôt sombre, sans en connaître les tenants et les aboutissants.

 

Ce premier tome est sombre et violent. Si vous souhaitez lire une romance toute mignonne, passez clairement votre chemin, ce roman n’est pas pour vous ! Je pense d’ailleurs que c’est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains… Âmes sensibles s’abstenir.

 

Dès le début du roman, l’auteure nous met en garde en nous expliquant un peu pourquoi elle aborde ces sujets dans son roman, nous expliquant que malgré l’horreur des faits qu’elle décrit, ceux-ci correspondent en réalité à des choses qui peuvent exister et dont elle a pu avoir connaissance à l’occasion de ses études. J’ai été surprise et intriguée de découvrir que ce roman aborde le sujet des sectes. 

 

Les mouvements sectaires sont un phénomène qui m’a toujours beaucoup intriguée, me passionnant et me révoltant à la fois, et j’étais donc très curieuse de voir ce que l’auteure allait faire de ce sujet. 

 

On va donc suivre Salomé, ou plutôt Maé, une jeune fille d’une vingtaine d’année qui vit depuis toujours au sein de l’Ordre, une organisation au cœur de laquelle les femmes ne sont là que pour assouvir les besoins de leurs aînés, ces hommes qui se rapprochent du Seigneur par le biais de relations sexuelles. Pire encore, Maé fait partie des maudites, ces femmes qui sont jugées trop belles et donc trop tentatrices pour les hommes, si bien qu’elles vivent complètement isolées du reste de la communauté et subissent les pires sévices. 

 

Maé est une femme fragile et forte à la fois. C’est une héroïne torturée, qui a subi les pires horreurs depuis son plus jeune âge mais qui va tenter de s’émanciper et d’échapper au destin qui lui est réservé au sein de la communauté. Maé va fuir et goûter à la liberté, bien que celle-ci ne soit pas forcément ce qu’elle avait imaginé.

 

« – Non ! écoute-moi, Styx. (J’opinai et pris sa taille de guêpe entre mes mains.) Ce n’est pas une prison, dit-elle en englobant tous les bâtiments du club. C’est la liberté, pour moi. Pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’être à ma place, d’être acceptée. Il n’existe pas un endroit sur Terre où je voudrais être plus qu’ici avec toi. Tu ne m’enfermes pas, Styx, tu me donnes des ailes. »

 

Parallèlement à cette histoire sombre de secte, Tillie Cole nous plonge en plein cœur d’un gang, celui des Hades Hangmen, des bikers qui vouent un culte au diable et vivent de trafics d’armes en tout genre. Violence, sang, mort sont les maîtres mots dans le quotidien de ce gang qui a son propre fonctionnement, sa propre organisation, qui est d’ailleurs très bien explicitée par l’auteure en début de roman et qui fait que l’on imagine sans mal le quotidien de ces hommes et femmes qui n’ont pas froid aux yeux. 

 

Lorsque ces deux univers à les fois opposés mais similaires sur certains points vont se confronter à travers la rencontre entre Maé et Styx, le président du gang, cela va être intense et explosif. Styx, ce garçon qui ne parle qu’à son meilleur ami, va se révéler être un garçon attachant malgré son langage cru et ses manies de macho. J’ai aimé la rencontre entre ces deux êtres si différents, j’ai aimé voir Maé découvrir le monde, ce monde dont elle ne connaît rien puisqu’elle a toujours vécu enfermée.

 

Ce premier tome a des points positifs comme négatifs. J’ai beaucoup aimé ma lecture même si certaines choses m’ont toutefois dérangée. Déjà, je dois dire que c’est un roman très addictif, qui se lit donc très vite et très facilement. L’auteure arrive à nous tenir en haleine, si bien qu’il est difficile de cesser la lecture. Aussi, j’ai trouvé que le sujet de la secte était bien abordé. Alors oui, c’est violent, c’est écœurant, c’est parfois insoutenable, mais c’est aussi ce qui rend le roman si prenant et si bouleversant à certains moments. Ce que décrit Tillie est terrible mais c’est pourtant ce qu’il se passe dans certaines sectes.

 

« – (…) En fait, je commence à penser que tout ce à quoi j’ai cru toute ma vie était mensonger. Je ne suis même plus certaine qu’il y ait un Dieu. Je me demande si la religion ne sert pas qu’à contrôler les gens, pour qu’un petit groupe d’individus obtienne ce qu’il veut. »

 

J’ai également beaucoup aimé l’univers des bikers, l’auteure a su créer une terminologie propre au gang et une véritable mythologie autour des Hades Hangmen. Toutefois, j’ai parfois été dérangée par le langage vulgaire, l’omniprésence du sexe et l’image de la femme qui était décrite. Alors oui, je comprends que tout cela colle à l’univers des bikers, des mauvais garçons, mais j’ai parfois trouvé que c’était « too much » et que ça gâchait un peu l’écriture. Heureusement, l’auteure a su intégrer dans son récit des femmes qui savent s’imposer et ne se laissent pas faire. J’ai plutôt apprécié les personnages féminins dans leur ensemble qui apportaient un peu plus de légèreté à cet univers très masculin et très bourru.

 

Toutefois, je dois dire que Tillie Cole m’a scotchée dans le sens où j’étais vraiment prise dans le récit, je n’ai eu aucun mal à m’attacher aux différents personnages bien qu’ils soient nombreux. Le rythme est haletant, soutenu, avec beaucoup d’actions et de nombreux rebondissements qui m’ont parfois surprise.

 

Même si cette lecture n’est pas aussi exceptionnelle que j’aurais pu le croire, j’ai passé un très bon moment de lecture et je poursuivrai sans hésiter la saga, ayant bien envie d’en apprendre davantage sur d’autres personnages qui m’intriguent beaucoup. 

 

Si vous aimez les univers sombres et les badboys, n’hésitez plus !

 

Achetez ce livre :


Avez-vous lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

12 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :