Romance

Chronique : Les Wilde, Tome 1 – La coqueluche de ces dames – Eloisa James

Londres est en effervescence, du moins la gent féminine. Lord Alaric, grand explorateur et auteur prolixe de romans épiques, rentre au pays après bien des aventures. N’ayant pas la moindre idée du succès phénoménal rencontré par ses œuvres, il est le premier surpris d’être accueilli avec une telle ferveur, voire franchement agacé par l’adulation que lui vouent ces dames. À l’exception de Mlle Willa fynche, qui n’a que dédain pour sa célébrité et ses histoires rocambolesques. Et, bien sûr, il n’y a rien de plus excitant qu’une femme qui se dérobe.

La romance historique est un genre qui m’est assez peu familier mais qui m’attirait depuis un petit moment. J’aime l’Histoire, j’aime la romance, alors pourquoi pas mêler les deux en me plongeant dans une histoire d’amour vécue à une autre époque que la mienne ? 

Les romances historiques, ce n’est pas ce qu’il manque, surtout chez certaines maisons d’édition qui sont bien connues pour en publier de nombreuses chaque année. J’ai décidé de me tourner vers J’ai lu pour elle, certaine que j’allais trouver mon bonheur. En parcourant le site de la maison d’édition, je suis tombée sur ce roman, le résumé m’a paru assez accrocheur, la couverture n’était pas vilaine, j’ai donc décidé de tenter l’expérience !

Le premier tome de cette saga se déroule en Angleterre, deuxième moitié du dix-huitième siècle. Willa et Lavinia sont les favorites de cette saison, attirant de nombreux courtisans qui n’hésitent pas à demander leur main, sans jamais réussir à s’octroyer leurs faveurs. Car les deux jeunes femmes ne sont pas faciles et ne veulent pas donner leur vertu au premier venu. 

Une partie de campagne est organisée à Lindow Castle, à laquelle vont se rendre Willa et Lavinia pour honorer l’union entre la cousine de Lavinia, Mlle Belgrave, et Lord Roland. Ces festivités vont toutefois être perturbées par le retour de Lord Alaric, le frère de Roland, qui est adulé par toutes les jeunes femmes d’Angleterre grâce à ses nombreuses aventures écrites décrites dans des oeuvres retraçant ses voyages dans le monde entier, mais aussi grâce à son physique très avantageux. 

Ce retour va créer une réelle effervescence, les jeunes femmes vont se bousculer auprès du jeune homme, prêtes à tout pour obtenir un peu d’attention de sa part. Malheureusement pour elles, Lord Alaric ne va avoir d’yeux que pour Willa, cette jeune femme qui, contrairement à toutes les autres, ne semble montrer aucun intérêt particulier pour lui et préfère d’ailleurs se tenir à l’écart de toute cette agitation. 

Au niveau du déroulé de l’histoire, il n’y a pas de grande surprise. La fin est connue d’avance, mais cela n’a pas entaché ma lecture dans la mesure où je savais à quoi m’attendre à ce niveau, et que si j’avais eu envie de suspense, je me serais penchée sur un autre genre que la romance historique. 

Ce que j’ai surtout aimé ici, c’est tout d’abord l’univers décrit. Je me suis laissée embarquer sans mal dans cette Angleterre de la fin des années 1700, n’ayant aucune difficulté à m’imaginer la campagne anglaise, les jeunes femmes à conquérir avec leurs toilettes toutes plus belles et extravagantes les unes que les autres, les gentlemen, les festivités organisées chaque jour. J’ai beaucoup aimé l’ambiance et même s’il n’y a pas énormément d’action, je ne me suis ennuyée à aucun moment.

J’ai aussi beaucoup apprécié les personnages, qu’il s’agisse de Willa et Lord Alaric, mais également les personnages secondaires. Willa m’a beaucoup plue, c’est une jeune femme cultivée, intelligente, et qui ne se laisse pas faire. Elle a du caractère et ne s’en cache pas. J’ai aimé le fait qu’elle ne correspondait en rien au cliché des jeunes femmes de cette époque, un peu frivoles, un peu niaises, à glousser à tord et à travers. 

En réalité, j’avais un peu peur de me retrouver avec des héroïnes détestables et ça n’a pas du tout été le cas. J’ai aussi beaucoup aimé Lavinia, sa relation avec Willa mais aussi ses interactions avec les hommes qui l’entouraient. Les deux jeunes femmes ont de l’humour, se comportent comme de vraies « ladies », en se laissant séduire sans jamais trop en dévoiler. 

J’ai aussi aimé la relation qui s’est peu à peu instaurée entre Willa et Lord Alaric, qui n’est pas allée trop vite à mon goût. C’était assez crédible et j’ai été charmée par l’homme, ainsi que par la façon qu’il avait de courtiser Willa. J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de leur relation.

« – Votre bouche me rend fou. Chaque fois que je la regarde, j’ai envie de vous embrasser jusqu’à ce qu’elle vire au rouge rubis, comme maintenant. Cette bouche, j’ai envie qu’elle m’embrasse, se referme sur moi, crie de plaisir… J’ai envie qu’elle aime. » 

«  La pudeur s’imposait, mais elle choisit de l’ignorer. Elle se moquait qu’ils ne soient pas mariés, ni même fiancés. Alaric avait l’expression d’un homme privé de nourriture depuis des jours, et qu’elle serait à même de rassasier. Jamais elle n’avait vu pareille gourmandise dans les yeux de ses quatorze soupirants. » 

Aussi, il y a quand même quelques rebondissements, surtout en fin de roman, ce qui fait que la lecture est plutôt addictive et très rapide. Ce roman se lit très facilement et je suis très contente d’avoir enfin sauté le pas avec la romance historique car j’ai très envie de découvrir la suite de cette saga, surtout avec cette fin qui laisse présager quelques surprises…

En somme, pour moi qui suis novice de la romance historique, je suis très satisfaite de cette lecture et je la recommande sans hésitation ! 


Avez-vous lu ce roman ? Vous aimez les romances historiques ? Lesquelles pouvez-vous me conseiller ?

Dites-moi tout en commentaire ! 

3 commentaires

  • Analy

    Merci pour cette chronique ! C’est vrai que les Editions J’ai Lu, avec leur collection J’ai Lu pour Elle, sont vraiment des experts en matière de romance historique. Je vois chaque mois de nouveaux titres paraître dont les résumés de certains romans sont plutôt accrocheurs. Je n’en ai encore jamais lu mais ça ne saurait tarder, comme toi j’aime beaucoup les romans historiques.

    • abookcatcher

      Comme tu dis, cette maison d’édition offre une gamme très très large de romances historiques, et je pense que je n’hésiterai pas à craquer de nouveau pour l’un de leurs titres, peut-être cette fois dans un autre univers et une autre époque. N’hésite pas à me dire si jamais tu tentes l’expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :